Accueil Nos formations

Chaudronnier

Le chaudronnier travaille aussi bien les métaux ferreux, de cuivre, de laiton ou des alliages légers comme l’aluminium, il doit connaître les propriétés de ces matériaux. Il découpe les pièces en tôle à partir de tracés. Il effectue également des mises en forme de pièces métalliques par exemple. Les outils utilisés sont de plus en plus sophistiqués et souvent réglés par commandes numériques. Il assemble ensuite les différentes pièces par soudage ou emboutissage. Le travail de chaudronnerie demande soin et méticulosité ainsi qu’une bonne résistance physique car il faut pouvoir manier des machines parfois très lourdes.

L’ensemble de ces tâches suppose que le chaudronnier connaît l’informatique appliquée à la commande numérique et est capable de se représenter les volumes dans l’espace, de travailler avec précision et de s’intégrer dans une équipe dans laquelle collaborent plusieurs corps de métiers différents.


Le chaudronnier travaille en atelier pour les pièces les plus courantes. Il peut travailler sur site ou sur un chantier pour les réservoirs de l’industrie chimique ou pétrolière ou pour les centrales hydrauliques ou nucléaires.
Les ateliers sont souvent vastes et le travail s’effectue debout dans un environnement très souvent bruyant et parfois poussiéreux. Les conditions générales de travail impliquent le respect de normes sévères de sécurité et le port de vêtements de protection.

Formation tuyauteur en tuyauterie sur plan isométrique industrielle

Le tuyauteur industriel est un spécialiste du métal qu'il transforme en tubes : il réalise des ensembles pour acheminer des fluides tels que gaz ou liquides, toxiques ou non, ou encore de la vapeur en tenant compte des contraintes d'espace et de sécurité des installations.
Le tuyauteur industriel est un technicien qui a pour missions de réaliser des assemblages avec des tubes de différents diamètres. En résumé, il transforme les matériaux pour obtenir des tuyaux en réalisant des découpes, en tronçonnant, sciant, filant, cintrant et, enfin, en ajustant par soudure et boulonnage.

Les débouchés sont vastes : de l'industrie métallurgique à l'agroalimentaire, en passant par la pétrochimie ou le nucléaire, la construction navale et aéronautique. Il intervient sur les réseaux de tuyauteries qui véhiculent des fluides gazeux ou liquides, inertes, corrosifs ou explosifs, parfois, avec des températures et des pressions plus ou moins élevées.

Le souci de la traçabilité et de la qualité doit guider son travail.

Parmi les travaux : évaluation du degré de la corrosion de la tuyauterie, contrôles étanchéité, état du calorifugeage, remplacement de portions de tuyauteries ou encore rassemblement des éléments de tuyauterie.

Par ailleurs, le tuyauteur industriel doit prendre connaissance des risques liés aux produits chimiques véhiculés par les tuyauteries, à ceux mis en œuvre pour leur isolation (amiante et fibres minérales), s'assurer de la consignation de l'installation (air comprimé, produit chimique transporté...), utiliser les équipements de protection prévus comme le casque, l'air respiratoire, le casque antibruit, les chaussures de sécurité, les lunettes ou les tenues de protection adaptés aux produits rencontrés, les gants, baudrier, etc.

Evaluation des risques professionnelles

La constitution d'un document unique d'évaluation des risques professionnels est obligatoire en France depuis 2001 pour toute entreprise de plus d'un salarié. Ce document permet d'engager une démarche de prévention dans l'entreprise. 

Ce document doit être revu au minimum chaque année et à chaque fois qu'une unité de travail a été modifiée. Il doit également être modifié après chaque accident du travail.

Créé par le décret n°2001-1016 du 5 novembre 2001, 

 

 

Page 2 sur 2

<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>